> Accueil
> Editorial
 
Les Psaumes
> Le psaume
> Le psaume sonore
> Le commentaire
> Les archives
> Le petit lexique
> Librairie
 
La Liturgie
> Fiche Liturgique
> Première lecture
> Psaume
> Evangile
> Homélie
> Avent 2007
 
Psaumes TV
> Accueil
> Psaume 94
> Psaumes.info
> Psaumes Chantés
> Avent
 
Les Marianistes
> Qui sont-ils ?
> Les quatre branches
> Bx G.J. Chaminade
> A. de Trenquelléon
 
Communiquez
> Newsletter
> Les Forums
> Ecards
> Blog du projet
> Foire aux Questions
> Contactez-nous
 

Psaumes.info > Psaumes > Le commentaire.

Dimanche 29 Novembre 2020 - ‹
 
 
Newsletter
 
 
Vous pouvez recevoir les textes de la liturgie et le commentaire du psaume directement par email.
 
  Il suffit de vous inscrire ici :
  Email :
  Format de réception :
  HTML TEXTE

Dimanche 22 Novembre 2020
Solennité du Christ, Roi de l'Univers
Commentaire du psaume 23(22)
Dieu pasteur de son peuple

Nous avons rencontré ce psaume très souvent. Tous les versets sont proclamés ce dimanche. Il fait bien corps avec les autres lectures.

Un berger n’est plus tellement visible dans notre civilisation moderne, mais aux temps bibliques, le troupeau était la seule vraie richesse de quelqu’un. Pour désigner une personne, les auteurs bibliques décrivaient le nombre de ses bœufs, de ses ânes, de ses brebis… Ainsi le saint homme Job avait un troupeau de sept mille brebis, trois mille chameaux, cinq cents paires de bœufs, cinq cents ânesses, et il possédait un grand nombre de serviteurs. Cet homme était le plus riche de tous les fils de l’Orient.

Ce qui veut dire que si Dieu est notre berger, nous sommes pour lui une richesse unique et inestimable !

Dans l'esprit d'Israël, peuple de dieu, le Berger est devenu peu à peu le Roi Berger. Même si ce roi n'était pas toujours un vrai et bon berger (Les prophètes comme Ézéchiel - 1ère lecture - se faisaient fort de rappeler fortement l'idéal !) Le Berger était une image de la sollicitude divine incarnée dans diverses réalisations humaines.

A la suite de Jésus, nous sommes baptisés, confirmés et eucharistiés. Nous devenons peu à peu des "bergers" et donc des saints. "Les eaux tranquilles nous" suggèrent le Baptême. "En traversant les ravins de la mort, je ne crains aucun mal" peut se dire de nous qui avons traversé avec Jésus ressuscité et sans encombre les ravins de la mort.

Le "parfum" de l'Esprit Saint est cette onction conférée par notre Évêque et qui nous couvre la tête. La "table préparée » est la présence de l'Eucharistie. Si nous sommes les rois et bergers grâce à ces sacrements, nous aurons à nous soucier des plus petits qui sont le Seigneur lui-même (Évangile de Matthieu chapitre 25).

Père BABEL sm

Lire le psaume

[ Retour | Imprimer cette page | Envoyer cette page à un ami | Contact ]